UNE VITICULUTURE ÉCOLOGIQUE AU DOMAINE RICHEAUME

Texte du film d’ARTE « Nature pure » (2000)
Les Romains ont répandu la culture de l’olivier dans une grande partie de leur empire. Ils étaient persuadés que l’huile d’olive et le vin étaient garants d’une longue vie et nous savons désormais avec certitude que la consommation régulière de vin et d’huile d’olive est un excellent moyen de prévention contre les maladies cardio-vasculaires. Est-ce qu’il n’est pas autant plus important de préserver la pureté de ces produits, sans y ajouter des adjuvants chimiques ?

UNE VITICULUTURE ÉCOLOGIQUE AU DOMAINE RICHEAUME

L’agriculture biologique repose sur le principe d’un cycle fermé des nutriments. On ne peut donc utiliser que des engrais organiques pour la fertilisation des sols. C’est pour cela que l’agriculture biologique intègre souvent l’élevage. Les moutons du Domaine Richeaume sont élevés dans une vaste étable ouverte ou dans les prairies et s’épanouissent ainsi sous le climat naturel de la Provence. La taille des troupeaux dépend de la quantité de fourrage que produisent nos terres. Car la culture de céréales et des oliviers, l’élevage et la viticulture forment une entité. Grâce à cette polyculture, nous disposons toujours de cultures intermédiaires produisant du fourrage. À leur tour, les animaux produisent du fumier, la base de nos engrais organiques, qui rapportent des nutriments aux sols.

UNE VITICULUTURE ÉCOLOGIQUE AU DOMAINE RICHEAUME

Mais au lieu d’épandre le fumier et le purin directement dans nos champs et nos vignes, ils seront d’abord compostés avec de la paille et avec du marc, un sous-produit de la fermentation des raisins.
Henning Hoesch : « Il faut d’abord découvrir ce précieux compost de huit mois, puis aller chercher un peu en profondeur le compost frais. C’est donc cela, le mélange basé sur du fumier de moutons, riche en microorganismes bénéfiques pour la vie du sol et qui sent aujourd’hui la terre. »

UNE VITICULUTURE ÉCOLOGIQUE AU DOMAINE RICHEAUME

Parmi les aspects les plus importants de l’agriculture biologique, on retrouve l’entretien et le soin des sols. L’exploitation intensive et la recherche de rendements élevés sont incompatibles avec ce mode culture. Mais le circulus vitriosus des engrais chimiques, de l’apparition de nouvelles maladies et résistances, suivi de nouveaux produits de lutte chimique ne peut être interrompu que par la compréhension et le respect du cycle naturel.

ecologie

L’HARMONIE D’UN CYCLE AU LIEU D’UNE ROUTE EN SENS UNIQUE

L’essence de la production agricole émane depuis l’antiquité de « l’oikos » ou de la maison. La diversité de la production, la coopération entre les plantes et les animaux, l’équilibre entre la matière première et les résidus sont depuis toujours le résultat de l’économie domestique de l’homme. Economie et écologie, souvent considérées comme contradictoires, s’unissent en réalité dans l’étymologie du mot grec « oikos ». Au Domaine Richeaume, on travaille avec la conviction que la nature est la meilleure des économes. Car c’est seulement avec l’aide de la nature, avec une économie basée sur le principe du cycle fermé des produits et en préservant nos ressources, que l’on peut créer durablement des nutriments de qualité exceptionnelle.

L’HARMONIE D’UN CYCLE AU LIEU D’UNE ROUTE EN SENS UNIQUE

La viticulture est le résultat le plus « noble » de cette union écologique. Autour des vignes du domaine, par exemple, on trouve des cultures traditionnelles diverses, sans herbicide ni pesticide synthétique, des pâturages et du bétail, des oliveraies… Polyculture au lieu de monoculture. Les résidus de cette structure agricole retournent à la terre sous forme d’engrais organique, au grand bénéfice du vignoble et de l’environnement. L’idée de cette entité écologique s’exprime dans le logo du Domaine Richeaume, un cercle ouvert qui rappelle le cycle des matières.

L’HARMONIE D’UN CYCLE AU LIEU D’UNE ROUTE EN SENS UNIQUE

 

energie

L’AUTONOMIE GRACE À LA NATURE

L’agriculture biologique comprend la durabilité et l’économie des ressources. Ceci a été intégré de façon exemplaire au niveau de la gestion de l’énergie au Domaine Richeaume. Depuis longtemps, une installation photovoltaïque produit de l’électricité et les chais sont climatisés grâce à un bassin sur le toit, alimenté en eau fraîche par une source naturelle. Bien avant que l’on parle de recyclage, le principe d’organisation et d’économie en cercle fermé était appliqué au Domaine Richeaume.

L’AUTONOMIE GRACE À LA NATURE

L’achat de produits externes, produit avec une énergie « étrangère » à notre système est limité. Des engrais venant d’ailleurs ou des produits phytosanitaires de synthèse ne sont pas admis au domaine et dans les vignes. Les seuls produits d’enrichissements des sols proviennent des moutons, sous forme de fumier composté. Le troupeau se nourrit de fourrage produit sur les sols trop riches pour la culture de la vigne ou dans les pâturages. Il existe ainsi au Domaine Richeaume un cycle presque complet et indépendant de fertilisation, d’élevage et de production d’énergie.

climat

UN CLIMAT PARTICULIER CRÉE UN VIN PARTICULIER

La montagne Sainte-Victoire crée un microclimat particulier. La célèbre montagne calcaire, qui se dresse entre Aix-en-Provence et Puyloubier, atténue la force du mistral qui domine la vallée du Rhône. En séchant rapidement les vignes après les pluies, diminuant ainsi le risque d’apparition de maladies cryptogamiques comme le mildiou, le vent reste un allié précieux. La situation privilégiée du domaine permet aussi d’utiliser le sulfate de cuivre avec parcimonie et de préserver davantage le capital santé des sols. À 30 kilomètres de la mer et à près de 300 mètres d’altitude, le site bénéficie de nuits relativement fraîches en automne et d’une maturation lente et équilibrée des raisins.

UN CLIMAT PARTICULIER CRÉE UN VIN PARTICULIER

Le microclimat au pied de la montagne participe donc fortement à la création de vins sains et équilibrés, avec une belle structure et un corps ample et généreux pour les vins rouges, marqués par le fruit et des tanins fondus.
Le même microclimat façonne des vins blancs et rosés d’un caractère plus minéral et sec, marqués par le fruit des cépages.

sol

LE TERROIR NAÎT LÀ OÙ LE SOL S’ÉPANOUIT

Les propriétés naturelles des sols rouges du Domaine Richeaume se prêtent de façon idéale aux amendements organiques. La richesse en calcaire des sols joue un rôle important dans la décomposition des herbes, feuilles et sarments de la vigne et dans la neutralisation de la teneur élevée en fer, tandis que l’argile fixe l’humidité. Des conditions idéales pour apporter de la matière organique. Celle-ci est indispensable pour une bonne vitalité de la microflore, meilleure alliée de la viticulture. C’est pour cela que les amendements organiques sont largement utilisés au Domaine Richeaume pour l’entretien des couches supérieures des sols. Car seuls des sols vivants et sains permettent aux raisins d’exprimer pleinement leurs potentiels qualitatifs.

LE TERROIR NAÎT LÀ OÙ LE SOL S’ÉPANOUIT

Le compost fabriqué et utilisé au Domaine Richeaume est obtenu à partir du fumier de cent cinquante moutons, qui se nourrissent exclusivement d’herbe et de fourrage qui proviennent du domaine. L’action du compost est complétée par des semis d’engrais verts, comme de l’avoine ou des légumineuses, qui couvrent les sols et dont les racines fines améliorent la structure de la terre. On peut donc se passer complètement d’engrais supplémentaires et de produits phytosanitaires synthétiques. L’enherbement naturel entre les rangs —  « mauvaise herbe » est une expression prohibée au domaine — oblige les vignes à s’enraciner plus profondément, un effet recherché par le vigneron.

LE TERROIR NAÎT LÀ OÙ LE SOL S’ÉPANOUIT

De plus, ce « tapis vert » au sol constitue un véritable écosystème, offrant des conditions de vie idéales pour toutes sortes de micro-organismes et insectes, aussi bien au niveau racinaire, sous forme de nodules des légumineuses contenant des bactéries fixatrices d’azote, qu’à sa surface. La formation d’humus y est favorisée et garantit une bonne fertilité des sols. Dans son expression, le vin du Domaine Richeaume reflète fidèlement les conditions naturelles de ses origines : un véritable produit d’un microterroir remarquable.

UN VIN « DE PERSONNALITÉ » DOIT SUIVRE SON PROPRE CHEMIN

« Qualité et non quantité», c’est un des principes fondamentaux du Domaine Richeaume. Avant la récolte, un éventuel surplus de raisins est éliminé à la main, afin d’augmenter la qualité de la vendange. La qualité des vignes et de leur production est ainsi régularisée par une taille très sévère, permettant une restriction stricte de la récolte. Les rendements sont limités à près de 20 hectolitres par hectare, alors que l’appellation autorise une production allant jusqu’à 55.

UN VIN « DE PERSONNALITÉ » DOIT SUIVRE SON PROPRE CHEMIN

Les pesticides synthétiques ne sont évidemment pas utilisés et la lutte contre les parasites repose beaucoup sur les insectes auxiliaires. Le respect des règles de l’agriculture biologique est régulièrement contrôlé par « Qualité de France », organisme indépendant de certification. Grâce au microclimat, aux sols particuliers et à l’agriculture biologique, le Domaine Richeaume crée de véritables vins de terroir. En outre, le choix de l’encépagement souligne cette revendication : depuis le début, nous avons la conviction au Domaine Richeaume que le Cabernet-Sauvignon bordelais et la Syrah rhodanienne se sentent bien sous le soleil provençal.

UN VIN « DE PERSONNALITÉ » DOIT SUIVRE SON PROPRE CHEMIN

À côté de d’eux, nous préservons et cultivons les vignes du pays parfois vieilles de 60 ans, les Grenache, Cinsault et Carignan. Quant aux blancs, les plantations de Clairette des années cinquante ont été complétées par le Sauvignon blanc et le Viognier. Seule cette liberté en dehors des décrets d’appellation permet d’élaborer des vins « personnels » à fort caractère.

cave

LE CHEMIN NATUREL DU RAISIN AU VIN

La cave accueille une récolte sélectionnée sur l’un des toits du chai. La vinification se déroule aussi naturellement que la culture de la vigne et renonce à l’emploi de tout produit œnologique. Les raisins sont mis en cuve par gravité, sans l’aide de pompe, restant ainsi parfaitement intactes. Afin d’éviter l’oxydation des fruits pendant l’encuvage, la vendange est protégée par une atmosphère saturée en dioxyde de carbone, récupérée sur les cuves voisines en pleine fermentation. Les fermentations se déroulent dans des cuves en inox, cépage par cépage, à l’aide des levures indigènes apportées à la cave avec les raisins. En début de fermentation, un minimum de deux pigeages par jour assure une bonne extraction des tanins des pellicules des raisins noirs. Les vins finis sont élevés jusqu’à dix-huit mois dans des barriques de chêne neuf.

LE CHEMIN NATUREL DU RAISIN AU VIN

La cave s’intègre également dans le cycle naturel de la production : des collecteurs photovoltaïques et un chauffage solaire fournissent la chaleur nécessaire pour le bon déroulement des fermentations, assurant une transformation complète des sucres du raisin et donnant des vins biologiquement stables. Un bassin d’eau de 15 centimètres de profondeur au-dessus du chai d’élevage, alimenté en eau fraîche par une source, permet de conserver une température de 14° C tout au long de l’année.

LE CHEMIN NATUREL DU RAISIN AU VIN

Une hygiène parfaite pendant toutes les étapes d’élaboration est un bon garant pour une évolution saine des vins jeunes et permet d’utiliser des doses minimales de soufre, dont une partie provient du méchage nécessaire pour le stockage des barriques vides. Le résultat donne des vins naturels d’une très grande qualité – surveillés et contrôlés de la vigne jusqu’à la bouteille.